Quelque 300 convives ont pris d’assaut, mercredi soir le 20 février dernier, le Centre communautaire d’Arthabaska à l’occasion du 35e cocktail-bénéfice de la Fondation de l’Ermitage.

L’activité a permis à l’organisme, en incluant les résultats de l’encan silencieux, d’engranger une somme de 111 143 $.

«Pourquoi attendre d’avoir l’âge des parents pour s’impliquer dans une bonne cause?», ont questionné les fils en lançant un message intergénérationnel. Les coprésidents de la campagne, Renald Jacques, son fils Alain et sa conjointe Élise Moreau, ont pu être vus et entendus par le truchement d’une vidéo, tout comme les enfants d’Alain et Élise, Félix-Antoine, Marc-Olivier et Vincent Jacques.

«Nous sommes ici, ont-ils souligné, parce qu’on a compris que la Fondation fait un travail de longue haleine et cela commence par l’implication de toutes les générations. On ne sait jamais ce qui nous attend, peu importe l’âge. On oublie souvent que des personnes plus jeunes peuvent se retrouver en CHSLD (Centre d’hébergement et de soins longue durée) en raison de leur condition physique.»

Le grand-père n’a pas caché sa fierté envers ses petits-fils. «Bravo les boys, a dit Renald Jacques. Vous avez compris, vous avez les valeurs à la bonne place. Vous réalisez que vous avez la possibilité de faire vous aussi une différence.»

Élise Moreau, pour sa part, a tenu à remercier les personnes présentes. «Votre présence démontre votre intérêt à participer au bien-être des personnes en perte d’autonomie.»

«L’implication, l’expertise et le dynamisme contagieux des membres du conseil d’administration de la Fondation, a renchéri Alain Jacques, nous incitent à  mobiliser la population de la région pour continuer à faire LA différence. Veiller au mieux-être de chacun et y pourvoir à la hauteur de ses capacités font partie des forces d’une communauté, et je me rends compte que la nôtre est extrêmement forte.»

Deux projets

La Fondation de l’Ermitage mène actuellement deux projets importants : l’aménagement d’un jardin prothétique au Centre d’hébergement de Warwick et le réaménagement d’espaces de vie au rez-de-chaussée du Roseau à Victoriaville.

L’appel d’offres a été lancé la semaine dernière pour le projet de Warwick évalué à 250 000 $ et financé entièrement par la Fondation. «Le jardin prothétique sera conçu pour donner accès aux résidents à un espace jardin verdoyant, sécuritaire et accessible tout à fait librement et en toute quiétude. Il aura pour effet de stimuler la capacité sensorielle et de contribuer à augmenter le sentiment de confort et de dignité», a expliqué Yves Marchand, président de la Fondation de l’Ermitage.

Au Centre d’hébergement du Roseau à Victoriaville, la Fondation et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec contribuent conjointement au projet totalisant plus de 1,3 million de dollars. «Il consiste, a rappelé M. Marchand,  à rendre plus fonctionnels les espaces de circulation pour la clientèle en grande perte d’autonomie. Il permettra de moderniser le hall d’entrée, le coin boutique et les salles d’activités destinées aux résidents.»

Yves Marchand a aussi annoncé l’inauguration prochaine du projet Espaces de vie et salles d’eau du Roseau réalisé au coût de plus de 1,8 million de dollars.

Le président de la Fondation a rappelé que depuis ses débuts, l’organisme a investi pas moins de 4 millions de dollars qui ont généré des investissements globaux de 21 millions $ grâce au soutien de la communauté. «Il existera toujours des besoins auxquels l’État ne pourra répondre. C’est là que votre don fait toute la différence, a-t-il exprimé. En nous mobilisant comme communauté, nous aidons à faire  une différence indéniable dans la qualité de vie des résidents, ces bâtisseurs de notre belle région.»

Hommage

En levée de rideau, le président Yves Marchand a tenu à honorer une bénévole et une employée, témoignant ainsi de l’excellence de leur travail et de leur dévouement.

La bénévole Danielle Vigneault s’active au Roseau depuis huit ans, participant notamment aux activités, jeux, repas mensuels, causeries, fêtes thématiques et sorties, en plus d’effectuer de l’accompagnement aux rendez-vous cliniques. «Elle est une bénévole très engagée, généreuse et toujours disponible avec la clientèle», a souligné M. Marchand.

Pour sa part, une employée depuis sept ans du Centre d’hébergement de Warwick, Maryse Marcoux, a reçu le Prix reconnaissance, elle qui a su «adapter son approche auprès de la clientèle par la personnalisation des soins à apporter, par les liens significatifs qu’elle crée avec les résidents». «Elle a à cœur le bien-être des résidents, a fait valoir Yves Marchand. Cela transparaît dans son travail par toutes les petites attentions qu’elle leur accorde. D’un naturel enjoué, elle se démarque également par son sens de l’humour. Elle sait prodiguer de la joie partout autour d’elle.»

Enfin, il ne reste qu’une seule activité, le souper dégustation du 1er avril au restaurant Le Luxor, pour clore la campagne de financement 2018-2019 visant un objectif de 400 000 $.